Toutes les informations sur vos droits aux allocations chômage

Peut-on cumuler AAH et chômage ? Comment sont calculés les montants, seul ou en couple ?

Peut-on cumuler chômage et AAH ?Dans certains cas, il est possible de cumuler l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) avec le chômage. Pour cela, il faut remplir à la fois les conditions relatives à cette prestation sociale et celles relatives aux allocations chômage (voir toutes les conditions du cumul en détail).

Par ailleurs, sachez que pour calculer le montant de votre AAH, la CAF prend en compte les revenus nets catégoriels N-2 de l’ensemble du foyer, c’est-à-dire ceux que vous perceviez en 2020 si vous effectuez une demande d’AAH en 2022 (voir le calcul effectué).




Enfin, si vous ou votre conjoint perdez votre emploi au cours de votre période d’indemnisation AAH, vous devez déclarer ce changement à la CAF et vous pourrez alors bénéficier d’un montant AAH plus favorable (en savoir plus).

Poursuivez la lecture de cet article pour connaître les modalités du cumul chômage et AAH.

AAH et ARE : les conditions du cumul

Pour percevoir à la fois l’AAH et les allocations chômage (ARE), vous devez respecter les conditions suivantes :

  • Remplir les conditions générales pour bénéficier d’un chômage indemnisé, et notamment être inscrit à Pôle emploi et apte à travailler (voir toutes les conditions dans cet article)
  • Remplir les conditions générales pour percevoir l’AAH (voir toutes les conditions), et notamment être dépourvu de revenus « suffisants »

Quels revenus sont pris en compte pour le cumul AAH et ARE ?

Les revenus pris en compte par la CAF pour déterminer vos droits AAH sont :

  • Les revenus nets catégoriels de l’année N-2 : autrement dit, si vous faites une demande d’AAH en 2022, ce sont les revenus perçus en 2020 qui seront étudiés par la CAF. Ainsi, même si vous êtes au chômage au moment de votre demande d’AAH, ce ne sont pas les montants versés au titre des ARE qui comptent, mais ceux que vous perceviez 2 ans auparavant (et donc potentiellement des salaires)
  • Les revenus de l’ensemble du foyer : lorsque la CAF étudie les revenus de l’année N-2, elle s’intéresse aux ressources de toutes les personnes composant le foyer, ce qui comprend les revenus éventuels du conjoint et des enfants lors de cette période

Pour avoir droit à l’AAH en même temps qu’aux allocations chômage, il faudra que ces revenus ne dépassent pas les plafonds en vigueur pour l’AAH.

Rappel de ces plafonds en vigueur en 2022 :

Nombres d’enfants à charge Personne seule Personne vivant en couple
0 11.480 euros 20.778 euros
1 17.220 euros 26.518 euros
2 22.960 euros 32.258 euros
3 28.699 euros 37.998 euros
4 34.439 euros 43.738 euros

Vous trouverez ci-dessous le détail des calculs effectués par la CAF dans le cas d’un cumul allocations chômage et AAH.

Cumul chômage et AAH : calcul des montants versés

Il convient de distinguer 3 situations :

  1. Vous êtes au chômage au moment de votre demande d’AAH
  2. Vous vous retrouvez au chômage durant votre période d’indemnisation AAH
  3. Votre conjoint se retrouve au chômage durant votre période d’indemnisation AAH

Vous êtes au chômage au moment de votre demande d’AAH 

En tant que demandeur d’emploi, vous pourrez bénéficier de l’AAH à taux plein (956,65 euros maximums par mois en 2022) si vous vous trouvez dans au moins une de ces 2 situations :

  • Vous ne bénéficiez actuellement d’aucune ressource (chômage non indemnisé)
  • Vous n’avez déclaré aucune ressource pour l’année N-2

En revanche, si vous êtes demandeur d’emploi indemnisé au moment de votre demande d’AAH et que vous avez déclaré des ressources pour l’année N-2, le montant de l’aide variera en fonction des ressources perçues durant cette période de référence.

Pour obtenir une estimation du montant de votre AAH, vous pouvez utiliser un simulateur gratuit. Vous obtiendrez une réponse en quelques minutes seulement.

Vous vous retrouvez au chômage durant votre période d’indemnisation AAH

Il se peut que vous ayez cumulé emploi et AAH pendant un temps, et que vous vous retrouviez au chômage soudainement.

Si vous n’avez pas droit aux allocations chômage et que vous ne bénéficiez ni d’indemnités journalières maladie ni d’une pension d’invalidité, vous devrez déclarer à la CAF ce changement de situation. Celle-ci effectuera alors une neutralisation de vos ressources afin de vous verser l’AAH à taux plein.

Si, à l’inverse, vous avez droit à des allocations chômage, la situation est différente. Dans ce cas, dans la mesure où vous travailliez, vous avez jusqu’à présent perçu une AAH différentielle calculée en fonction des salaires perçus et déclarés tous les 3 mois à la CAF (en savoir plus sur le cumul AAH et emploi). Dès votre perte d’emploi, vous devez déclarer ce changement de situation à la CAF afin que celle-ci réévalue vos droits à l’AAH. En effet, pour compenser cette perte de revenus soudaine, la CAF ne prendra plus en compte l’intégralité des revenus perçus pendant la période de référence : un abattement de 30% sera appliqué dès le mois qui suit votre cessation d’activité.

Prenons un exemple : jusqu’en décembre 2021, vous perceviez un salaire de 600 euros bruts et aviez droit à une AAH différentielle de 596,65 euros. En janvier 2022, vous vous retrouvez au chômage. La CAF va alors appliquer un abattement de 30% sur les 600 euros que vous perceviez (et non plus un abattement de 40% comme auparavant), et retiendra 70% de votre salaire mensuel en tant que ressources supplémentaires. Elle effectuera donc le calcul suivant :

956,65 euros (montant maximum AAH) – [30% X 600 euros (salaire brut)] = 776,65

Ainsi, vous pourrez désormais percevoir une AAH s’élevant à 776,65 euros en plus de vos allocations chômage.

Votre conjoint se retrouve au chômage durant votre période d’indemnisation AAH

Comme expliqué plus haut, les revenus du conjoint sont eux aussi pris en compte dans le calcul de votre AAH.

Or si votre conjoint se retrouve au chômage indemnisé durant votre période d’indemnisation AAH, la CAF peut là aussi réévaluer votre AAH pour compenser cette perte de revenus soudaine. Un abattement de 30% sera en effet effectué sur les revenus qu’il ou elle a perçus durant la période de référence.

Toutefois, lorsqu’il s’agit du conjoint qui se retrouve au chômage et non du bénéficiaire de l’AAH lui-même, l’abattement ne se s’applique que si le conjoint est au chômage durant minimum 2 mois consécutifs. En outre, cet abattement ne prend effet qu’à partir du 2ème mois d’indemnisation chômage seulement (art. R 351-13 code construction habitation, art . R 532-7 code de la sécurité sociale). Par exemple, s’il perçoit les ARE à partir du 16 mars, l’abattement s’applique à partir du 1er mai (payé début juin).

Par ailleurs, si votre conjoint se retrouve au chômage non indemnisé ou indemnisé par l’ASS et qu’il ne bénéficie ni d’indemnités journalières maladie ni d’une pension d’invalidité, la CAF effectue un abattement de 100%. On parle alors de « neutralisation » de ses revenus.

Enfin, si votre conjoint perd son emploi et qu’il a un enfant de moins de 3 ans ou au moins deux enfants à charge, la CAF ne prend plus en compte ses ressources professionnelles. Votre AAH est alors revue en conséquence.

Crédit photo : © StockUnlimited

le forum
Pour commenter, il y a les commentaires ! Pour une question, utilisez le forum !
Laisser une réponse