Toutes les informations sur vos droits aux allocations chômage

Chômage et grossesse : Comment est-on indemnisé, quand prévenir Pôle Emploi, …?

enceinte et au chomageLors d’une grossesse, les femmes enceintes et au chômage bénéficient des mêmes droits que ceux accordés aux salariées (les premiers mois, lors du congé maternité et après l’accouchement).

Pendant une grossesse au cours d’une période de chômage, il est tout à fait possible de s’inscrire à Pôle Emploi ou d’être maintenu sur la liste des demandeurs d’emploi. L’allocation chômage (ARE) est ainsi versée chaque mois jusqu’à épuisement des droits, nouvel emploi ou départ en congé maternité.

Vous avez également le droit à plusieurs semaines de congé maternité avant la date présumée de l’accouchement et après l’arrivée du ou des enfants. La durée varie selon la situation familiale (attente du 1er enfant, famille avec déjà des enfants à charge, …). Il est de 16 semaines minimum.




Durant le congé maternité, Vous serez radiée de la liste des demandeurs d’emploi et la CPAM prendra le relais. Le versement prend alors la forme d’Indemnités Journalières (IJ) pour maternité. Sachez que les IJ de la Sécurité Sociale sont plus avantageuses que l’allocation chômage. Découvrez les détails dans cette partie.

Même si vous êtes enceinte et au chômage mais sans être indemnisée par Pôle Emploi, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge médicale durant la grossesse mais aussi d’une indemnisation du congé maternité à conditions de respecter les critères de versement (voir les explications).

Il n’est pas toujours facile de bien agir face aux administrations. Nous vous proposons dans cet article de détailler la période de recherche d’emploi (quand déclarer la grossesse, doit-on justifier d’une recherche active, …) mais aussi des droits du congé maternité au chômage et du retour à la vie active suite à l’accouchement.

Grossesse et chômage : Peut-on s’inscrire à Pôle Emploi ? Quand les prévenir ?

Chômage et femme enceinte ne sont pas incompatibles. En effet, il est tout à fait possible d’être inscrit à Pôle Emploi quel que soit le moment où vous apprenez votre grossesse :

Il n’est pas non plus obligatoire de prévenir Pôle Emploi de votre grossesse lors de votre inscription ou dans un délai précis. Contrairement aux idées reçues, la loi n’impose rien en la matière. Cela est également valable pour les salariés mais il est préférable dans ce cas de le faire tôt pour bénéficier de certains droits comme un aménagement d’horaires par exemple.

Vous pouvez ainsi adresser votre déclaration de grossesse à votre conseiller Pôle Emploi lorsque vous le jugez nécessaire ou lors de votre prochain entretien obligatoire. Vous pouvez même attendre le début de votre congé maternité (si vous n’avez pas de RDV prévu, auquel cas votre conseiller pourrait s’en apercevoir de lui-même).

Il est tout de même conseillé de ne pas le faire trop tardivement. Si votre conseiller n’en est pas informé, vous êtes considéré comme recherchant activement un travail (sous peine d’être radiée). En cas de convocation, vous devrez le justifier.

De plus, un demandeur d’emploi doit être apte et disponible rapidement pour retourner sur le marché du travail. Votre grossesse vous permet donc de changer de catégorie (non disponible immédiatement) tout en étant indemnisé.

Sachez que vous ne perdrez en aucun cas vos droits à l’ARE si vous êtes enceinte. Le fait de prévenir Pôle Emploi de votre grossesse ne suspend pas vos droits au chômage. D’une façon générale, il faut les prévenir ni trop tôt en considérant que vous recherchez un travail mais ni trop tard pour obtenir une « dispense » de recherche active de travail.

Point important : Si vous êtes bénéficiaire du RSA et enceinte, les choses sont un peu différentes. Pour les parents isolés, il est important de prévenir tôt son conseiller. En effet, la femme enceinte dans ce cas perçoit une majoration. Le montant passe de 545,48 euros pour une personne seule à 700,46 euros pour un parent isolé avec un enfant à naître.

Comment déclarer le début du congé maternité à Pôle Emploi ?

Le congé maternité est un droit accordé à toute femme enceinte (chômage ou non). La différence se fait dans la possibilité de percevoir des Indemnités Journalières (voir ici).




Selon votre situation familiale, le congé maternité (y compris au chômage) est de :

  • Pour un premier enfant : Il est de 16 semaines (6 semaines avant et 10 semaines après l’accouchement)
  • Si vous avez déjà un enfant à charge : Celui-ci se monte à 26 semaines (8 semaines avant l’accouchement et 18 semaines par la suite). A partir du 2ème enfant, la CAF ouvre les droits aux allocations familiales
  • En cas de grossesse gémellaire : vous avez le droit à 34 semaines (12 semaines avant l’accouchement et un congé postnatal de 22 semaines)
  • Si vous attendez 3 enfants ou plus : 46 semaines vous sont octroyées (24 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après l’accouchement)

Vous devez signaler le début de votre congé maternité à Pôle Emploi lors de votre actualisation mensuelle. Par exemple s’il s’agit de votre 1er enfant et que la date présumée de l’accouchement est prévue le 30 décembre, vous avez le droit à 6 semaines de congé pré-natal (vous serez en arrêt vers la mi-novembre). Vous devrez donc l’indiquer lors de l’actualisation que vous ferez entre fin novembre et début décembre (voir le calendrier).

Pour déclarer à Pôle Emploi votre congé maternité, cliquez « oui » à la question « Avez-vous été en congé maternité ? ». Elle fait partie des questions habituelles auxquelles on doit répondre chaque mois (sans même qu’on s’en aperçoive). 

grossesse pole emploi démarches administratives

Indiquez ensuite la date de début de votre congé maternité afin que Pôle Emploi détermine le montant de votre allocation chômage dû pour le mois en question. A noter qu’il vous faudra également répondre « non » à la question « Êtes-vous toujours à la recherche d’un emploi ? ». La CPAM prend ensuite le relais à la condition d’avoir fait les démarches nécessaires (voir paragraphe ci-dessous).

Il n’est pas possible de cumuler chômage et Indemnités Journalières de la CPAM. Il est donc important de déclarer le début de votre congé maternité à Pôle Emploi sous peine de devoir rembourser un trop perçu. Sachez que la durée de votre congé maternité décale la durée de votre indemnisation à Pôle Emploi. En effet, les semaines auxquelles vous avez le droit sont reportées à la fin de vos droits au chômage.

A noter : Il faut différencier arrêt de travail (pour grossesse ou autre) et congé maternité. Si vous avez des arrêts au cours de votre grossesse inférieurs à 15 jours, vous devez le signaler à Pôle Emploi mais vous restez maintenue sur la liste des demandeurs d’emploi. En revanche dès lors que vous déclarez votre congé maternité ou un arrêt supérieur à 2 semaines, vous êtes radiée des listes (pour une possible ré-inscription ultérieure).

Congé maternité et chômage : Quel est le montant des indemnités journalières ?

Le point important à retenir est que les Indemnités Journalières de la CPAM lors d’un congé maternité sont plus importantes que le chômage que vous perceviez. Il faut différencier le congé maternité (le droit à des semaines d’arrêt) qui est accessible à toutes les femmes enceintes et le fait d’être indemnisée par la CPAM.

Les conditions « chômage et congé maternité indemnisé » sont :

  • Vous percevez l’allocation chômage
  • Vous avez perçu l’allocation chômage au cours des 12 derniers mois
  • Vous avez arrêté de travailler depuis moins de 12 mois sans être indemnisée par Pôle emploi

Si vous n’êtes pas dans l’une des situations suivantes, vous pourrez bénéficier de semaines de repos avant et après la naissance du ou des enfants mais aucune indemnité journalière ne vous sera versée. La CPAM ne vous indemnisera pas.

Pour déterminer le montant des Indemnités Journalières maternité au chômage, la CPAM prend en compte l’activité professionnelle qui vous a permis d’ouvrir des droits ou celle datant de moins de 12 mois pour les personnes non indemnisées. Le montant de l’IJ pour congé maternité se calcule au chômage de la même façon que les salariés :

  • Les 3 derniers salaires bruts de l’activité professionnelle sont pris en compte dans la limite de 3 269,00 euros au 1er janvier 2017
  • Le total ainsi obtenu est divisé par 91.25 : Le résultat détermine votre indemnité journalière
  • La CPAM soustrait 21% correspondant aux cotisations obligatoires

En résumé, vous percevrez environ 79% de votre ancien salaire (ce qui est plus important que Pôle Emploi qui indemnise au maximum à 75%). De plus, aucun délai de carence n’est appliqué. Dès le début de votre congé, la CPAM vous verse tous les 14 jours le montant qui vous est dû. Le montant minimum est fixé à 9,29 euros par jour sans pouvoir dépasser 84,90 euros.

Pour obtenir le versement des IJ congé maternité au chômage (que vous soyez indemnisée par Pôle Emploi ou non), vous devez :

  • Apportez votre dernier certificat de travail et les 3 dernières fiche de paye
  • Si vous êtes indemnisée ou l’avez été au cours des 12 derniers mois : Une attestation d’admission ainsi que l’attestation du dernier versement

Ces documents doivent être apportés à la CPAM dont vous dépendez directement au guichet ou envoyés par courrier.

Si vous le souhaitez, la CPAM dispose d’un simulateur des indemnités journalières. En revanche si vous êtes au chômage mais non indemnisée, il est préférable de contacter directement le centre dont vous dépendez. Sachez également que vous percevrez la prime à la naissance versée par la CAF (voir quand est versée la prime). 

Comment se ré-inscrire à Pôle Emploi à l’issue du congé maternité ?

A la fin de votre congé maternité, vous avez la possibilité de vous ré-inscrire au chômage. il faut attendre le dernier jour de votre congé pour faire cette démarche. Pour ce faire, vous pouvez :

  • Par téléphone
  • Par internet dans votre espace personnel

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter l’article consacré à l’inscription et ré-inscription Pôle Emploi sur ce lien. A noter que vous n’aurez pas les 7 jours de carence habituelle car votre dernière inscription à Pôle Emploi date de moins de 12 mois. 

Sur le même sujet

Laisser une réponse