Toutes les informations sur vos droits aux allocations chômage

Chômage et interim : comment ça marche ? Quelles sont les conditions pour percevoir les ARE ?

interimaire chomageLes contrats d’intérim permettent, sous certaines conditions, de percevoir le chômage.

Pour les intérimaires, deux possibilités existent : toucher les Allocations de Retour à l’Emploi (ARE) pendant la durée du contrat de travail, ou bien les percevoir à l’issue de celui-ci (voir les détails).

Pour fixer le montant des allocations pour les intérimaires, Pôle emploi se base, comme pour les personnes salariées, sur les revenus d’activité précédents, sachant que toute nouvelle mission recharge les droits au chômage (en savoir plus).




Enfin, concernant la démarche pour percevoir le chômage en étant intérimaire, il est nécessaire de réaliser une inscription Pôle emploi. Les allocations sont ensuite versées après un délai de carence d’au moins 7 jours (voir les explications).

Poursuivez la lecture de cet article pour connaître toutes les informations utiles pour percevoir le chômage pendant ou après une mission d’intérim.

Interim et Pôle emploi : quelles conditions ?

Comme pour les autres contrats de travail types CDD ou CDI, les personnes qui effectuent ou ont effectué des missions d’intérim doivent respecter plusieurs conditions pour avoir droit au chômage.

Elles doivent en effet :

  • Remplir les conditions générales pour bénéficier du chômage en France (voir les détails dans cet article)
  • Avoir travaillé un minimum de temps, à savoir 130 jours ou 910 heures au cours des 24 derniers mois OU des 36 derniers mois pour les personnes ayant plus de 53 ans
  • Avoir perdu involontairement leur emploi (ex. : fin d’une mission d’intérim)

À noter : les heures de formation et toutes celles rémunérées comme du temps de travail sont bien prises en compte pour le calcul des allocations chômage.

Chômage et intérim : mode d’emploi

Les intérimaires peuvent percevoir des allocations chômage dans 2 types de situations :

  • Au terme d’une mission d’intérim (sous réserve de remplir les conditions énoncées ci-dessus)
  • Pendant une mission d’intérim si :
    • les droits au chômage ne sont pas épuisés
    • le salaire perçu durant ce contrat de travail est inférieur au montant perçu durant la période de chômage : dans ce cas, une partie des ARE est versée pour compléter le salaire perçu en intérim

Bon à savoir : lorsqu’une personne en intérim cumule salaire et allocations chômage, le montant total perçu est plafonné au montant mensuel du salaire de référence.

Intérim : comment recharger ses droits au chômage ?

Pour obtenir de nouveaux droits au chômage, les intérimaires doivent réaliser une nouvelle mission d’une durée minimum de 4 mois (88 jours OU 610 heures travaillées).




Calcul du chômage pour les intérimaires

Si vous avez réalisé une ou plusieurs missions d’intérim, le montant de votre chômage dépendra des revenus perçus durant ces contrats de travail (total de vos rémunérations brutes comprenant d’éventuels avantages financiers tels qu’un 13ème mois).

Plus précisément, Pôle emploi effectue les 2 calculs suivants et retient le résultat le plus intéressant pour fixer le montant brut des allocations chômage :

  • 57% du SJR 
  • 40,4% du SJR + une somme forfaitaire (12 euros) par jour

Le SJR est le salaire journalier de référence. Découvrez dans cet article comment calculer le vôtre.

Intérimaires : la démarche pour percevoir les ARE

Pour bénéficier des allocations chômage en tant qu’intérimaire, il convient de s’inscrire à Pôle emploi au plus tôt, en prenant bien soin de communiquer le nombre d’heures et de jours travaillés, les bulletins de salaire. Toutes ces informations sont indispensables pour fixer le montant des ARE, mais aussi déterminer un nombre de jours non payables, appelé aussi « délai de carence ».

En effet, à partit du moment où vous réalisez votre inscription Pôle emploi, s’appliquent :

  • Un délai de carence de 7 jours minimum avant le premier versement des allocations chômage (sauf si le bénéficiaire a déjà dû respecter ce délai durant les 12 mois qui précèdent cette nouvelle demande)
  • Un éventuel « différé » lié aux congés payés si des indemnités compensatrices de congés payés ont été versées au terme de la mission d’intérim
  • Un éventuel « différé d’indemnisation spécifique » si des sommes supérieures aux indemnités légales liées à la rupture du contrat de travail ont été versées

Crédit photo : © StockUnlimited

le forum
Pour commenter, il y a les commentaires ! Pour une question, utilisez le forum !
Laisser une réponse