Categories: Aides Financières

Auto-école solidaire : comment ça marche et quelles sont les conditions ?

La mobilité est une donnée essentielle lorsque l’on recherche du travail. Or de nombreux demandeurs d’emploi n’ont pas leur permis de conduire et peinent à se financer une formation pour l’obtenir. Parmi les solutions possibles (voir les différentes aides pour passer le permis) se trouvent les auto-écoles solidaires, aussi appelées auto-écoles « sociales » ou associatives.

Grâce à des financements des collectivités, ces auto-écoles organisées sous forme d’associations délivrent un accompagnement global à leurs élèves, mais aussi des prix beaucoup plus avantageux que les centres de formation classiques (en savoir plus sur le fonctionnement des auto-écoles sociales). Ayant un rôle d’insertion sociale, elles s’adressent à des publics bien spécifiques (voir les conditions pour bénéficier de leurs services).



Pour suivre une formation dans une auto-école solidaire, vous devez vous rapprocher des différents interlocuteurs sociaux de votre lieu d’habitation. Vous obtiendrez alors les coordonnées utiles, mais aussi les règles de fonctionnement propres à l’auto-école sociale la plus proche de chez vous (voir les détails).

Pour en savoir plus sur les services des auto-écoles solidaires, poursuivez la lecture de cet article.

Auto-école sociale : accompagnement et tarifs

Une auto-école sociale ne délivre pas seulement une formation pour accéder au permis de conduire. Son accompagnement, proposé à moindre coût, est plus complet que dans un centre de formation classique.

Les services proposés par une auto-école associative

Toutes les auto-écoles dites « sociales » ou « solidaires » ont le statut d’association et doivent, à ce titre, délivrer une mission d’insertion sociale. Elles s’adressent ainsi exclusivement à des personnes en difficulté (voir plus bas) et proposent ainsi des services plus complets que de simples cours de conduite.

L’objectif de chaque auto-école solidaire est de s’adapter aux besoins particuliers de ses élèves. Il peut s’agir de répondre à des difficultés financières, mais aussi à des préoccupations d’autres ordres (handicap, anxiété, problèmes liés à l’apprentissage en lui-même, etc.).

Chaque centre de formation propose un accompagnement spécifique, mais on peut citer quelques exemples de services proposés :

  • Apprentissages liés à l’alphabétisation et à la langue française : pour les personnes qui ne savent pas lire ou ont une autre langue maternelle que le Français, l’apprentissage du Code de la route est un vrai problème. Ces cours ont pour but de répondre à cet enjeu.
  • Formation en mathématiques : certaines notions de maths sont utiles pour l’apprentissage du code et de la conduite. Ces cours permettent par exemple de comprendre le calcul des distances de freinage.
  • Coaching lié à la gestion du stress et à la confiance en soi : l’examen du permis de conduire peut provoquer une anxiété importante chez certains candidats. Ce coaching permet de les préparer au mieux.
  • Exercices de motricité : il s’agit d’aider au mieux les personnes en situation de handicap pour renforcer leur autonomie et améliorer leurs chances de réussite lors de l’examen du permis.
  • Initiation aux outils numériques : il s’agit d’aider les candidats à se familiariser avec les outils nécessaires notamment à l’examen du Code de la route.
  • Ateliers de rédaction de CV et de lettres de motivation : ces exercices ont pour but de favoriser l’accès des candidats à l’emploi.

 Auto-école solidaire : qui dispense les cours ?

Les enseignants qui exercent au sein des auto-écoles solidaires sont tous des professionnels de la conduite et de la sécurité routière diplômés. Ils disposent par ailleurs de compétences supplémentaires liées à l’écoute et la compréhension de publics en difficulté.

Enfin, sachez que, pour accompagner au mieux les candidats sur les problématiques qui sont les leurs, les auto-écoles sociales proposent une formation au permis de conduire souvent plus longue que dans les centres de formation classiques (comptez jusqu’à 2 ans selon les cas).

Auto-école sociale : combien ça coûte ?

Il n’existe pas de tarif unique pour les formations proposées par les auto-écoles sociales. Bien souvent, les premières formules sont proposées aux alentours de 250 euros pour les candidats, ce qui permet de réduire nettement les coûts par rapport à un centre de formation classique.

Les subventions versées par les collectivités permettent en effet à ces auto-écoles particulières de proposer des prix plus avantageux.

Concernant le paiement en lui-même, il existe là aussi différentes options selon les auto-écoles associatives. Certains proposent une participation forfaitaire globale, d’autres fonctionnent avec des paiements mensuels (ex. : l’auto-école sociale de Ploërmel dans le Morbihan demande 50 euros par mois le premier trimestre, puis 30 euros par mois par la suite).

Bon à savoir : certaines auto-écoles sociales proposent des formules gratuites sous certaines conditions. C’est le cas, par exemple, de l’auto-école solidaire « Rues et Cités » en Île-de-France, où des places gratuites sont réservées aux bénéficiaires du RSA.



À qui s’adressent les auto-écoles associatives ?

Les services des auto-écoles sociales ne sont pas ouverts à tous. En effet, ces associations s’engagent à utiliser les subventions publiques reçues pour aider des personnes en difficulté et remplir une mission d’insertion sociale et professionnelle.

Il n’existe toutefois pas de critères établis au niveau national pour être éligible : chaque auto-école solidaire définit le type de publics qu’elle souhaite accompagner.

Voici, dans la plupart des cas, les situations qui peuvent vous ouvrir droit à l’accompagnement des auto-écoles solidaires :

  • Vous avez des difficultés financières (vous êtes par exemple bénéficiaire d’aides sociales telles que le RSA)
  • Vous êtes inscrit en tant que demandeur d’emploi
  • Vous avez moins de 25 ans et n’avez pas de qualification
  • Vous éprouvez des difficultés liées à votre intégration (difficultés de langage, etc.)
  • Vous êtes parent célibataire
  • Vous êtes issu(e) d’un quartier prioritaire
  • Vous êtes en situation de handicap

Permis de conduire solidaire : quelle démarche ?

Pour bénéficier des services d’une auto-école associative, il convient dans un premier temps de vérifier qu’il en existe une près de chez vous. Il s’agit en effet d’initiatives locales et tous les territoires ne sont pas encore dotés de telles associations.

En l’absence d’annuaire recensant les auto-écoles sociales présentes en France, vous pouvez vous renseigner auprès des différents interlocuteurs sociaux présents dans votre commune/collectivité/département : CCAS, Mission locale, Pôle emploi, ou encore travailleur social. Ces derniers sauront vous communiquer les coordonnées utiles, mais aussi vous donner les informations pratiques sur les modalités d’inscription de ou des auto-école(s) concernée(s).

Crédit photo : © StockUnlimited

le forum
Pour commenter, il y a les commentaires ! Pour une question, utilisez le forum !
Dorothee

Share
Publié par
Dorothee

Recent Posts

Comment faire une simulation de la prime de noël ? Comment estimer son montant ?

Avec le simulateur de la prime de Noël, estimez votre éligibilité et le montant que…

3 jours

Chômage et interim : comment ça marche ? Quelles sont les conditions pour percevoir les ARE ?

Les intérimaires peuvent percevoir du chômage. Ils peuvent opter pour un versement en complément du…

3 semaines

Droit au chômage après expatriation : comment percevoir les ARE lors d’un retour en France ?

Dans certains cas, il est possible de percevoir les allocations chômage après une période d'expatriation.

2 mois

Portage salarial et chômage : comment cumuler ces deux sources de revenus ? Quel est le mode de calcul ?

Un travailleur lié avec une société de portage peut, sous conditions, bénéficier des allocations chômage…

2 mois

Allocation chômage et travail saisonnier : Quelles sont les conditions et comment sont calculées les allocations ?

Il est tout à fait possible de toucher le chômage après un contrat saisonnier si…

3 mois

Chômage et retraite : peut-on cumuler ces deux sources de revenus ? Quelles sont les conditions ?

Il est possible dans certains cas de cumuler l'allocation chômage avec une pension de retraite.

3 mois